Le Sympétrum strié (Sympetrum striolatum)

jeudi 18 juin 2020
par  Eric Adrien Bailly, Patrick Guidé
popularité : 7%

Le Sympétrum strié (Sympetrum striolatum)

 

Le Sympétrum strié (Sympetrum striolatum). Le Sympétrum strié (Sympetrum striolatum) est l’un des plus petits anisoptères présents dans les marais de Longpré. La coloration rouge des mâles permet de les trouver plus facilement que les femelles. Les immatures peuvent être observés dès le mois de juin, mais l’espèce est surtout présente en fin d’été.

 

 
Identification des individus imagos matures.

Avec ses quatre centimètres et demi de long, le Sympétrum strié (Sympetrum striolatum) passe facilement inaperçu, d’autant plus que l’espèce peut être observée assez loin de l’eau. Les mâles arborent une coloration rouge terne qui tranche avec les bandes jaunes du thorax. Les femelles sont brunâtres ou jaunâtres. Les pattes sont noires striées de jaune. Les ptérostigmas sont rougeâtres, fins et allongés. Tout comme les orthétrums réticulés, les sympétrums striés se posent volontiers au sol, en plein soleil. Chassant au ras du sol ou de la végétation et s’avanturant peu au-dessus de l’eau, les sympétrums peuvent voler assez haut et se poser à la cime des arbres lorsqu’ils sont dérangés. Les femelles possèdent une lame vulvaire.

Photo : Sympétrum strié (Sympetrum striolatum), mâle mature.

 

Photo : Sympétrum strié (Sympetrum striolatum), femelle mature.

 

 

Zone d’observation de l’espèce.


Le Sympétrum strié peut être rencontré aux abords des étangs. L’espèce fréquente aussi bien les friches sèches que le bord de l’eau, et peut également être observée posée au beau milieu des allées. Les mâles se perchent en évidence mais ne patrouillent pas le long des berges. Ils sont très territoriaux mais ne semblent s’approprier un petit territoire que pour une courte durée. Les femelles fréquentent peu les abords des étangs sauf en fin d’été.

De nombreuses émergences sont observées dès le mois de juin puis en juillet. L’espèce se fait ensuite plus discrète pendant la période de maturation. Les imagos matures sont de retour en grand nombre au bord des étangs dès la fin du mois d’août. Le pic de la période de reproduction est observé de la fin du mois d’août au début du mois d’octobre. Les accouplements ont lieu au sol ou sur le feuillage des arbres puis la ponte est effectuée en vol, en tandem à la surface de l’eau.

Photo : Marais de Longré, habitat naturel de l’espèce.

 

 

Identification des imagos immatures

Les sympétrums striés immatures sont jaunâtres (ou brun-orange vus de dessus). Les ptérostigmas sont jaunes peu de temps après l’émergence puis deviennent foncés. Les jeunes mâles se colorent progressivement en orange.

 

Photos : Sympétrum strié (Sympetrum striolatum), mâle immature.

 

Émergence

Les oeufs du Sympétrum strié éclosent quatre à six semaines après la ponte. Les oeufs pondus en fin de saison passent l’hiver, le développement larvaire ne démarrant qu’au printemps suivant. Les larves de l’année passent l’hiver dans l’eau après quatre ou cinq mues. Au total elles muent dix à treize fois. Lors de l’émergence les larves sortent de l’eau le matin. Le cycle entier prend moins d’un an.

 

 

Accouplements

Les sympétrums striés s’accouplent au sol ou perchés en hauteur sur les feuilles des arbres, parfois à bonne distance des étangs. En automne il n’est pas rare d’observer de nombreux couples volant en tandem pendant les heures les plus chaudes de la journée. Les accouplements sont parfois gênés par des mâles non appariés.

Photo : sympétrums striés s’accouplant.
Photo : sympétrums striés s’accouplant.

 

 

Allez voir ces libellules dans les marais...




Documents joints

PDF - 18.3 ko

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique